Kévin Coquelard au théâtre de Paray le Monial

Quand le Rotary prend tout son sens...

Les Étoiles sont à la danse classique ce que Kévin Coquelard est au modern jazz.

Ce jeune Parodien de 18 ans s’est lancé dans la danse voilà plus de douze ans. Depuis trois ans, il évolue dans une des plus grandes écoles de France, au Conservatoire de Danse de Paris, avec un objectif, celui de devenir danseur interprète, et pourquoi pas chorégraphe. « Le Rotary club m’a alloué une aide pour financer mes études à Paris, confie le passionné de modern jazz, sans rien en contrepartie si ce n’est un retour sur mes études… Je me suis dit que tant qu’à le faire, autant faire ça bien et faire ça grand, pour leur montrer qu’ils ne m’avaient pas octroyé cette somme pour rien . C’est de là qu’est né « FREE HUGS » (N.D.L.R. : câlins gratuits), une forme de remerciement au Rotary, un enlacement entre vie parisienne et vie parodienne, un état d’esprit dans lequel j’évolue… »

Dans les pas de…

Parce que Kévin, il est comme ça. Issu d’une famille modeste, avec deux sœurs et un frère, il n’a pas grandi dans l’opulence ni dans le monde du spectacle. Et sa passion pour la danse, il l’a découverte par hasard. « J’avais six ans se souvient-il encore. Je voulais faire une activité avec mon copain Josselin. Comme il pratiquait la danse chez Eléna Rieutord, je l’ai suivi. » Les années passent et Josselin se lasse. Pas Kévin. « Jacques Bégon est venu travailler pour Elena et pendant mes années collèges, c’est lui qui m’a entraîné et qui m’a fait participer à des spectacles dans toute la France. » C’est lui aussi, qui l’a orienté, après la 3e, à Montluçon, dans un lycée à option danse et fait goûté au classique pendant une année. « Et lors d’un spectacle à Saint-Etienne où il m’avait emmené, j’ai été repéré par le directeur d’une grande école de Bordeaux qui m’a conseillé l’audition au conservatoire de Paris. »

Aujourd’hui...

Les applaudissements et les rires dans la salle du théâtre, pleine à craquer, ont témoigné de l’excellent travail de ce jeune Parodien à la vocation un peu particulière. Avec une troupe d’amis, tous danseurs au Conservatoire, comme lui, Kévin a proposé un spectacle complètement décalé, entre danse et théâtre, entre sensualité et humour, entre classique et contemporain, entre Paris et Paray-le-Monial… Du beau, de l’original, du pas vu, sans retenue. Des histoires autour de tableaux plus ou moins longs, libres d’interprétation. Beaucoup d’humour. Des mimes comiques et sans complexes, un duo rigolo projeté à la Warner Bross, jusqu’aux scènes dénuées de tout sens, hallucinantes, en osmose totale avec l’ensemble du spectacle… Jusqu’à la scène des nonnes, aussi sensuelles que déjantées ! Oui, Kévin a tapé fort avec deux soirées hautes en couleur et en imagination. Un remake arrangé de ses trois premières années d’études à la capitale. Oui, Kévin est au modern jazz ce que les étoiles sont à la danse classique. Un élément ambitieux mais sans prétention. Décapant !

Pour le Club Rotary de Paray le Monial et du Charolais…

C’est dans ces moments humains et émouvants que le Rotary prend tout son sens… Cette action des 8 et 9 juillet derniers clôture en beauté l’année rotarienne 2010-2011. Les bénéfices de cette action vont permettre à notre Club d’allouer de nouvelles bourses d’étude à des étudiants dont les projets et les motivations retiendront notre attention.

Publié le mercredi 20 juillet 2011, par Club de PMC, et mis à jour le 20 juillet 2011.